Accueil - Plan du Site

 Réparations Haute-Fidélité Vintage et Collections 
 Amplificateur - Tuner - Ampli-Tuner - Platine Vinyle - Radio - TSF 
 Optimisation Audiophile et Studios d'enregistrement  
 Prise de Son & Mastering Haute Définition - Transfert & Restauration Numériques 


Témoignages clients

EDITO - NEWS




Edito Confinement - Tuner ESART S12

Cet espace de temps obligé nous incite à vous proposer quelques éléments de réflexion, technique et audio.
Les heures sont bien sûr et toujours assurées pour les réparations en cours de vos appareils déposés, mais les idées et mises à niveau délaissées faute de temps ressurgissent maintenant pour laisser libre notre réflexion technique, avec toujours la vision finale de l'excellence audio et du plaisir d'écoute.


LA PERIODE ACTUELLE EST DONC PROPICE AUX ECOUTES ET NOTAMMENT LA RADIO, BIEN SUR EN FM !

Rien de tel pour ressortir quelques "vieux" tuners laissés en l'état et notamment des tuners ESART type "S", assez peu répandus par rapport au fameux "Caisson" :

Il s'agit des modèles ESART S12 et S25, conception "ligne basse" très classique, avant le "Caisson" et sa forme carrée plus moderne en façade.
Ces appareils sont les premiers modèles à transistors, après les derniers tuners à tubes type "FMD Stéréo".

Le tuner S12 :



Le tuner S25 (les vumètres sont démontés) :



Les éléments de différentiation sont peu nombreux ; à noter :
- l'échelle des stations moins large pour le S25, liée à l'excursion de ce modèle à diodes Variap (explication, voir ci-après),
- la forme du bouton de recherche des stations,
- le vissage des différents boutons, moins fragile, avec tête de vis hexagonale pour le S25 en lieu et place de têtes fendues pour le S12,
- les autres points sont identiques : sélecteurs de fonctions à clés, vumètres et indications.


1- TETE HAUTE FREQUENCE "FRONT END"

Le S12 est d'une conception classique (vers 1967-1968) avec tête Haute Fréquence à 4 cages (3 cages antenne + 1 cage oscillateur local) et recherche des stations par condensateur variable :



De gauche à droite :

Le signal d'antenne arrive par le câble coaxial qui attaque le transformateur d'impédance lié à la première cage du CV (Condensateur Variable).

S'en suivent les 2 autres étages Haute Fréquence assurant l'amplification du signal d'antenne (sensibilité de réception en µV) et une première sélectivité par rapport aux émetteurs adjacents.

A droite, la partie oscillatrice et la sortie du mélangeur par câble coaxial attaquant la platine de Fréquence Intermédiaire (FI = 10.7MHz) dont on voit en bas le premier transformateur à double réglage.

Le transistor de régulation du signal d'entrée antenne (BC108B en boitier métallique) est clairement visible :
Il assure la limitation du signal de sortie vers l'étage FI par la diminution automatique de la sensibilité antenne sur signaux puissants entre émetteurs "locaux" versus "distants".
Un commutateur à clé en façade assure le complément de cette fonction... si l'on est au pied d'un émetteur très puissant (exemple : la Tour Eiffel), afin d'éviter tout risque de saturation de ce premier étage.

Les transistors à effet de champ (FET) d'amplification haute fréquence sont en interne du boitier métallique et placés au plus près des lames fixes du condensateur variable pour éviter toute perte haute fréquence.

Les supports blancs (ronds) sont les bases des bobinages d'ajustement de la bande inférieure.
Les vis hélicoidales des condensateurs de liaison entre étages sont les réglages pour la bande supérieure.

Ces éléments sont systématiquement et précisément ajustés dans nos réparations grâce à nos générateurs HF et analyseurs de réseaux et assurent le maximum de sensibilité et de linéarité sur toute la bande FM.

NOTE IMPORTANTE : ces éléments, réglés en usine, ne doivent jamais être retouchés sans disposer de l'appareillage adéquat et sans méthodologie de mesure :
- le risque est un dérèglement complet de l'étage Haute Fréquence, avec pour conséquences la perte totale de la sensibilité en réception, un décalage de bande du tuner et plus de stéréo !




Vue interne, blindage ouvert : on dénombre les 4 cages du CV : oscillateur dit "supradyne" à gauche (première cage) et les 3 autres cages (Accord Antenne).

Photos ci-dessous : le bloc Haute Fréquence du S25, mais avec une technologie différente :
Il adopte la même conception que le futur "Caisson" pour cette partie, à savoir une variation de fréquence réalisée par diodes à capacité variable "Varicap" et commandées en tension par un potentiomètre double relié au bouton de recherche des stations par un filin :




Note : pour des questions de bruit, de stabilité en fréquence, de dérive thermique, il aurait été souhaitable d'utiliser une résistance à couche métallique en lieu et place de la pauvre résistance à couche carbone ; de même un potentiomètre 10 tours aurait été le bienvenu !
Mais le concepteur a préféré conserver la démultiplication du système mécanique "UN" tour, en correspondance avec le tuner S12.


2- PLATINE FREQUENCE INTERMEDIAIRE "FI"

Le S25 préfigure donc le design du "Caisson", et pour ces 3 modèles, la partie FI (Fréquence Intermédiaire) est basée sur les mêmes schémas de principe.

Ci-dessous les étages FI comparés des S12 (en haut) et S25 (en bas), identiques dans leur implantation, aux choix technologiques près des composants.
Sur le S12, on notera des diodes de première génération (1957) au Germanium type OA79, remplacées sur le S25 par d'autres "plus modernes" (1961) type AA119.



Ces platines FI font partie du processus intégral de réalignement :
- comme indiqué pour la tête Haute Fréquence, elles ne doivent jamais être retouchées sans disposer de l'appareillage dédié à ce type de réglage.
Elles déterminent la sélectivité, la largeur de bande passante qui donne la qualité audio finale, et la détection parfaite de la modulation de fréquence avec le minimum de distorsion (ajustement du discriminateur au zéro de tension et mesure de la distorsion).


3- DECODEUR STEREO "MPX" ET FILTRAGE AUDIO

Décodeurs Stéréo MPX comparés des tuners S12 (en haut) et S25 (en bas) :



Différences notables sur les photos :

- sur le S12, un transistor type AC128 de première génération au "Germanium" est utilisé (cerclé en rouge), mais uniquement dans le circuit indicateur du voyant stéréo :



- le S12 adopte des bobinages d'origine Thomson-CSF (fabrication LCC, à haute perméabilité, Al > 160) pour le décodeur stéréo : sélectivité 19KHz, doubleur 38KHz, démutliplexage et filtrage final.
- un connecteur semblable aux tuners à tubes type "FMD" équipe ce tuner, alors que les cartes sont toutes enfichables sur le S25.
- le S12 est équipé d'un décodeur à transistors également utilisé sur les dernières versions des "FMD Stéréo", d'où l'interchangeabilité et le réemploi sans nouveau design de cette platine.

- le S25 adopte des bobinages plus standards, avec probablement un Al (définissant le nombre de tours) inférieur (ferrites de volume supérieur), une stabilité moindre, et sans blindage.

- le S12 possède d'excellents condensateurs tant en fiailité qu'en transparence audio, dérivés des applications militaires, type CTS13, et encore fabriqués par Vishay !
La mesure des paramètres d'ESR, valeur de fuite en µA et capacitance de ces condensateurs fait apparaître zéro défaut, même après 50 ans !

- le S25 possède les condensateurs utilisés en standard chez ESART, à savoir les CEF type 4.7µF (+ autres valeurs) : aucun n'a conservé ses caractérisitiques et ils seront donc tous remplacés par des nouveaux, type Muse-Nichicon NP ou autres électrolytiques de très bonne facture.

La platine MPX comporte donc tous les éléments discrets nécessaires au décodage stéréo :
- Doubleur pour récupération de la porteuse 38KHz de l'émetteur et indication du signal stéréo en façade,
- Le passage en mono par clé en façade s'effectue en court-circuitant le signal à 38KHz vers la masse,
- Démultiplexage des canaux Gauche et Droit,
- Désaccentuation (Europe 50 µS), séparation des canaux et filtrage final de la porteuse : type passe-bas, et "Cauer" pour la réjection optimale de la sous-porteuse à 19KHz.

Note :
Suite au démultiplexage du signal audio, on retrouve ici des conditions de filtrage similaires à celles du domaine digital (Théorème de Shannon) :
- En numérique, pour une fréquence d'échantillonage de 44.1 KHz (fréquence native du CD), la bande passante audio maximale est de 22.05 KHz.
- En analogique multiplexé, pour une fréquence de 38 KHz, la bande passante audio maximale est alors de 19 KHz.


4- ETAGES "SILENCE" (MUTING) ET AUDIO (PREAMPLIFICATION ET SORTIES)




En haut la carte du S12 comprenant les différentes fonctions : les condensateurs sont tous des CTS13.
L'étage silencieux est un monostable commandé par la clé "Silence" en façade : "Muting" inter-sations ou sur faible réception.
Il se déclenche suivant le signal du discriminateur détecté à la fin de la platine FI : ce signal est donc proportionnel au signal reçu à l'antenne et vient bloquer ou non le circuit de préamplification.
- si le signal d'émission reçu est inférieur à un certain seuil, il y a coupure audio.
- si le signal d'antenne est de bonne qualité, il y a transmission du signal audio multiplexé et amplifié au décodeur MPX : les sorties audio sont alors actives.

Les prises des sorties Gauche et Droite sont doublées :
- une sortie pour le préampli en écoute,
- une sortie parallèle pour enregistrement direct, sans passer par la longueur des câbles de liaisons audio, les circuits de câblage et de commutation internes au préampli : excellente initiative à la source !

Le S25 comporte exactement les mêmes fonctions et on distingue clairement les condensateurs CEF de piètre qualité.
On notera une résistance d'ajustement ajoutée sur le circuit de "Silence - Muting" et un condensateur Sprague sur ce même circuit qui nécessite aucune fuite, et que l'on aurait souhaité voir dès l'origine en remplacement de tous les CEF !

La qualité audio des sorties dépendra donc énormément de TOUS les condensateurs de liaison sur le trajet du signal audio ...

Malgré leur ligne esthétique identique, ces deux tuners séparés par seulement quelques années, sont donc bien différents dans leurs principes technologiques et dans leurs choix des composants.
On retrouve ici des conditions de régression qui furent les mêmes pour d'autres marques connues (SANSUI, SCOTT, ...) : ces appareils ont suivi négativement les années dans des buts évidents de réduction des coûts de fabrication, la part "achats" étant non négligeable au vu du nombre de composants mis en oeuvre.


5- ALIMENTATIONS

Alimentations du S12 (en haut) et du S25 (en bas) :





Là encore on retrouve ce qui vient d'être énoncé, avec tous les condensateurs de marque CEF sur le S25 (date code 70/33 sur le 2200µF/63V)
L'alimentation du S25 est différente au niveau des régulations et des tensions disponibles (via résistances chutrices) compte tenu de la tête HF à diodes varicaps.

L'alimentation du S12 dispose aussi de condensateurs tubulaires verticaux de marque CEF, mais conformes aux mesures.
On note également un condensateur de type CTS13, stabilisation par diode zéner, transistor ballast au Germanium type AC127 refroidi avec son ailette contre le châssis.

Dans les deux cas, les modules sont enfichables et les transformateurs d'alimentation sont des modèles "EI" avec blindage extérieur.


6- NOTE SUR LA SELECTIVITE ET PETITE CORRESPONDANCE AUDIO

La sélectivité est la réjection des émetteurs adjacents par rapport à celui reçu, que l'on pourrait qualifier de "chevauchement" et qui se traduit en pratique de deux manières :
- sur les pianissimi, fond d'écoute de la modulation des émetteurs adjacents, en quelque sorte une diaphonie / mauvaise séparation des canaux comme sur un préampli mal conçu (...),
- l'action du Contrôle Automatique de Fréquence (bouclage avec l'oscillateur local pour en assurer une compensation en dérive) peut entraîner le passage sur un émetteur adjacent si celui-ci est de puissance reçue plus élevée (tuner analogique, ou digital bouclé par un circuit interne PLL).

Dans le cas de réception très variable ou inégale (émetteurs puissants / émetteurs faibles - distance de réception), le CAF est donc à proscrire (à condition qu'il soit débrayable ...).
Par ailleurs, et sur les tuners analogiques, la réception sans CAF permet d'ajuster très précisément le calage sur la fréquence propre de l'émetteur, à condition que l'oscillateur local du tuner soit suffisament stable sur le court terme (10-3 à 5.10-4 / 24 heures), ce qui est une autre histoire dans la conception d'un tuner ...

Les éléments de contrôle de cette fréquence "exacte" doivent donc être présents sur le tuner, a minima :
- vumètre d'indication du niveau du signal reçu (ou indicateur d'accord, "oeil magique")
ET
- vumètre de "tuning" à zéro central : calage optimal sur l'émetteur reçu (0 de tension du discriminateur).

Mais là encore le tuner doit être parfaitement aligné ou ré-aligné pour recevoir dans ces conditions :
c'est ce que nous employons à réaliser pour vous, avec nos moyens techniques et pour les tuners que vous nous confiez.


7- CHOIX DU TUNER A RESTAURER

Notre restauration et les améliorations seront ciblées sur le S12 qui nécessite le moins de "travaux pratiques" : c'est celui qui présente la base la plus saine.
Nous ne sommes pas partisan des circuits de commande à Varicap avec les propos énoncés ci-avant, sauf chez d'autres constructeurs qui ont parfaitement maitrisé cette technologie :
SABA, NAIM par exemple : la stabilité est alors inconditionnelle avec les schémas et les choix technologiques des composants.

Une fois les améliorations effectives, elles seront facilement reportées sur le tuner S25.


7.1- POINTS EN DEFAUT SUR NOTRE TUNER S12

- manque notable de sensibilité antenne, mauvaise captation du signal, même sur les émetteurs puissants de la Tour Eiffel (10 km en ligne droite)

- oscillateur local fortement décalé : plus de 500 KHz (non correspondance de l'aiguille du cadran avec les fréquences)

- étages FI décalés et bande passante insuffisante avec ondulation et non-linéarié de phase

- décodage difficile de la porteuse stéréo, donc de la commutation du tuner en stéréo avec souffle important dû au niveau insuffisant de la porteuse

- mauvaise séparation des canaux gauche et droit

- sorties audio basse fréquence avec distorsion majeure : l'origine en est la détection FM au niveau du discriminateur

- vumètre de signal (niveau) : HS

- vumètre de tuning (centrage) : HS

- toutes lampes d'éclairage cadran HS, y compris le voyant stéréo (12V-50mA)

Il est donc très difficile dans ces conditions de faire un constat d'écoute satisfaisant et d'obtenir toutes les performance souhaitées de ce tuner ...


8- RESTAURATION DU S12 : MESURES ET ANALYSES

8.1- Alimentation



Sur notre modèle, le redressement est assuré par 2 diodes BA129 (première génération) et montées en doubleur de tension.
Le filtrage "de tête" est assuré par le condensateur de 1000µF/16V.
Le transistor NPN au Germanium AC127 est le transistor ballast qui alimente les modules nécessitant une stabilisation en tension, dont la tête Haute Fréquence et son oscillateur local.
A noter que l'alimentation est ici simplement stabilisée par la diode zéner ZG18 (18 Volts), mais elle n'est pas régulée vu la faible consommation des modules.
Après tests des composants et des valeurs des tensions filtrées et stabilisées, cette platine est conforme en tous points.

8.2- Tête Haute Fréquence

C'est donc le premier module qui subira le réalignement complet du tuner. Il est le seul lien entre l'éther et l'émetteur...



Résultats après réglage des éléments variables :



- Courbe de plus faible luminosité :
Il s'agit de la courbe de réception antenne du tuner calé en milieu de bande FM, soit 98 MHz.
Cette courbe est conforme en tous points à une réception correcte, avec une largeur de bande de +/- 200 KHz.

- Courbe en surbrillance :
Il s'agit de la courbe de l'oscillateur local. La fréquence est dite "supradyne", car supérieure à la fréquence de l'émetteur à recevoir.
Le tuner étant calé sur 98 MHz, la fréquence de l'oscillateur doit donc être : 98+10.7 = 108.7 MHz
Cette fréquence est au centre de l'écran. Après recalage de l'oscillateur interne, la différence est inférieure à 5 KHz (!) : valeur plus que parfaite par rapport à d'autres tuners existants, même plus modernes ...
La résolution est donc de #5.10-5, valeur qui ne posera aucun problème quant au calage parfait sur l'émetteur à recevoir.
Comme pour un circuit PLL commandé par quartz, c'est cette valeur qui sera effective pour la réception de chaque émetteur, faible ou puissant.

Une mesure complémentaire concerne la "reprise de fréquence" : après 24H, celle-ci est excellente et la précision reste meilleure que 25 KHz.
L'évolution au bout de quelques minutes revient sur la valeur d'origine de 5KHz.

On constate donc dès ce premier et important module, l'excellence de la conception haute fréquence de ce tuner.

8.3- Platine FI



Elle comprend 5 étages d'amplification, dont un étage limiteur, classique pour la réception FM et pour éviter la saturation de l'étage final de détection (discriminateur).
Les transistors utilisés sont des transistors à fréquence de transition haute, Ft # 600 MHz.
Cette fréquence, très élevée, assure un niveau de bruit très faible à la fréquence d'amplification de la platine FI (10.7MHz).

Voici les courbes obtenues après réglage optimal du module seul :



La fréquence centrale est celle en sortie de la tête HF après le mélangeur, soit le standard de 10.7MHz
Afin d'analyser les performances de ce module, l'excursion en fréquence est prise assez large : +/- 400KHz
Cette excursion permet d'inclure la qualité de réjection des stations adjacentes, l'espacement entre les stations FM étant de 300KHz.
Les points à +/- 300KHz déterminent donc la sélectivité (paragraphe : ICI) du tuner en réception.

Résultats :
- Courbe du haut en surbrillance : c'est la courbe de réponse en amplitude du module FI.
Après réglages, elle est quasi symétrique et tient dans +/- 150KHz @ -3dB, ce qui est excellent et permet l'intégralité du passage du signal audio modulé en fréquence, soit +/- 75KHz.

La réjection des émetteurs adjacents est caractérisée par l'atténutation à +/- 300 KHz : 15dB. Cette valeur peut paraître faible, mais elle est encore améliorée par la sélectivité propre au module Haute Fréquence.

- Courbe du bas, phase:
Elle est constante (# +/-20°) sur toute la largeur de bande utile, ce qui augure d'une excellente qualité du signal final audio.
Cette caractéristique est représensative de la bonne conservation du signal audio transmis par l'émetteur.
Là encore, ce module est parfaitement conçu de par les performances mesurées : le calcul des filtres successifs fait appel à une fonction dite "Linéaire en Phase".

8.4- Décodeur Stéréo MPX et filtrage

Le test du décodeur MPX comprend notamment la qualité et le niveau de la porteuse stéréo à 38KHz :
- en effet, c'est elle qui contribue grandement à la qualité audio attaquant le démodulateur à diodes,
- limitation du souffle grâce à un niveau suffisant et constant, ainsi que sa pureté spectrale,
- séparation optimale des 2 canaux Gauche et Droit.

Voici le schéma du doubleur à 38 KHz que l'on retrouve sur les tuners ESART de la génération "transistors" :



Vient ensuite le module de démultiplexage à 4 diodes au Germanium OA79 des signaux Gauche et Droit :



Les transistors d'origine, 2N2924, sont remplacés sur notre appareil par des transistors similaires type 2N3393 (Sescosem / Thomson-CSF), mais plus serrés en gain (hfe).
Les résultats audio n'en seront que meilleurs, et notamment les écarts de gain entre les sorties Gauche et Droite.
Ils équipent également la platine "Sorties Audio".

Ci-dessous, résultats du balayage linéaire à l'analyseur après réglage optimal au générateur Multiplex, courbe émetteur FIP Paris :



On remarquera la forme la porteuse émise, sa symétrie, et sa qualité spectrale en réception réelle.
Ce principe de doubleur à diodes dans un décodeur MPX est utilisé dans beaucoup de schémas à composants discrets, y compris à tubes.

Il est maintenant intéressant de mesurer la chaîne audio propre au décodeur, depuis le décodage des voies Gauche et Droite jusqu'à ses sorties audio.
Le schéma est le suivant, détail de la voie gauche, avant la partie finale des sorties audio qui sera mesurée au paragraphe suivant.



Lecture de gauche à droite :
- avec la résistance de 47 KOhms issue du démodulateur, le premier condensateur de 1.5nF assure la désaccentuation (filtre passe-bas), soit une valeur réelle de 44.3µS très proche du standard Europe de 50µS,
- vient ensuite le transistor d'amplification / buffer de sortie qui attaque le filtre réjecteur sur son impédance nominale d'entrée,
- la résistance de 10 KOhms est la résistance de bouclage du fltre, reliée en final à la platine "Sorties Audio" mesurée au paragraphe ICI .
- la résistance ajustable de 5 KOhms est la résistance de réglage de séparation optimale des canaux Gauche et Droit.

Voici les relevés de la réponse audio propre au décodeur, sachant que c'est ce module qui sera prépondérant dans la qualité audio finale :



- Courbe en haut en surbrillance (amplitude) : il s'agit de la bande passante audio réelle du tuner, soit ici : 5Hz ... 14KHz @ -3dB
La caractéristique mesurée est excellente en l'état.

Note : en réception réelle, la fréquence basse de 5Hz sera bien sûr supérieure et limitée par la qualité audio à l'émission.

- Courbe en bas, décroissante puis en "zig-zag" (phase) : il s'agit de la rotation de phase sur toute la bande passante.
Elle caractérise la qualité des plans et la stabilité de l'image stéréo :
Cette courbe doit être identique entre les 2 canaux gauche et droit, qui doivent donc être caractérisés en mode différentiel.

Analyse du filtre réjecteur :



On distingue nettement les 2 pointes infinies (en théorie) de la fonction de filtrage elliptique de Cauer :
- Le premier est le résultat de la fonction de réjection de la sous-porteuse à 19 KHz, soit une atténuation de #45 dB,
- Le deuxième est le résultat de la fonction de réjection de la porteuse stéréo, soit une valeur de # 45 dB à 38 KHz,
- Plus ces valeurs sont élevées, meilleur est le filtrage global, avec une qualité de réjection caractéristique d'un tuner exempt de bruit, à condition de respecter la linéarité de phase sur toute la gamme audio ...

8.5- Sorties Audio



La schématique est très simple, avec un étage classique à 2 transistors silicium (2N3393 dans notre cas, en remplacement des 2N2924 indiqués), sans aucune contre-réaction.
Le premier transistor génère à lui seul le gain en tension nécessaire.
Le deuxième transistor est en liaison directe et est monté en collecteur commun.
L'impédance de sortie est donc très faible, afin d'être universelle par rapport aux impédances d'entrées des appareils branchés (préampli, magnétophone).

Pour analyser ce module, nous injectons un signal entre 5Hz et 1 MHz afin de mesurer la bande passante et la linéarité de cet étage.
On aurait pu mettre la limite d'analyse supérieure vers 30 KHz, soit juste en dehors de la bande audio, mais le test est intéressant à pousser plus loin ...

Ci-dessous, les résultats du balayage logarithmique à l'analyseur :



Les résultats sont éloquents :
La linéarité tient dans 0.1dB entre 5Hz et 100KHz, et la bande passante à -3B s'étend jusqu'à 1MHz !
En termes de performances, nous sommes très au-delà d'un étage audio basse fréquence "standard" ...
Ce dernier étage, très transparent, ne sera donc en aucun cas limitatif de la performance audio globale du tuner.





Nos devis "Réparation" et "Optimisation" sont
TOUJOURS GRATUITS
(sous 2 semaines)

Nos réparations sont
TOUJOURS GARANTIES 6 MOIS
quels que soient la marque ou l'âge de votre matériel,
(3 mois sur les matériels à usage professionnel)

Nous vous recevons
TOUJOURS LORS D'UN RENDEZ-VOUS personnalisé pour le dépôt de vos appareils, pas de traitement "à la chaîne" !
Un premier constat des défauts est fait en commun,

L'ELECTRONIQUE EST NOTRE METIER
Nous ne perdons pas des heures à rechercher la cause de la panne et savons vous proposer un devis personnalisé et ajusté au mieux,

Vous pouvez (devez !)
TOUJOURS APPORTER VOTRE SYSTEME HAUTE-FIDELITE
pour que nous puissions déterminer ensemble le maillon le plus faible et vous proposer un changement ou une optimisation,

Nous
AIMONS TOUJOURS vous faire partager quelques moments musicaux lors de votre venue !
Découvrez notre système de référence dans la rubrique :
>> ECOUTE AUDIOPHILE - MASTERING





Musicalement vôtre,

Laurent SCHWARTZ
Ingénieur Electronicien - Ingénieur du Son

L'Autre du Son

© AUDIO MUSICAE / Janvier-Juillet 2018
Toute reproduction des articles et photographies de ce site, même partielle, est interdite sans accord préalable de la Société AUDIO MUSICAE.